ERSTENES
N É M É (E) 
Ce texte a été publié aux éditions K' De M en 1990.

Chapitre premier: rencontre de Némé

ndré au restaurant, petite salle, une serveuse typée, spécialités africaines, là ce sera parfait, une table, la dernière table libre.
Enlève son pardessus gris, s'assied, un peu froid, Octobre.
Porc aux piments.
André parcourt la salle, les visages serrés, regarde, la fumée chaude, irrespirable moment, se mouche, mange la salade de légumes, entrée du repas et de Némé.
La serveuse court à lui, "Némé!", André apprend son prénom, observe.
Elle l'accompagne, sa place habituelle est prise, Némé dépité, lève ses paupières, son visage ovale et ossé, s'installe face, André; "Bonjour."
      Et André rencontre Némé.
      -Bonsoir, je m'appelle Némé (un petit accent dans le
débit de paroles; "Bonsoir / Je m'appelle/ Némé "; Prononcé la première syllabe des mots plus longue, irrégularité.)
-André (veut lui serrer la main.)
Ils commencent à discuter, affables, ouverts, intéressés par la plus-value culturelle de l'autre, il arriva d'un quelquechose, des pensées, à se dire, idées, projets, leur rire la pièce, voix, rire, il était une heure du matin, derniers attablés.

Depuis un quart d'heure le pied de Némé pesait, celui d'André, surpris, s'abstient de sa parole.
-On va bientôt fermer Némé!
   D'ici une demi-heure, ça va? (question-réponse de la
serveuse, large sourire, dents blanches au reflet du néon )
-Ça fait, ton pied sur mon pied.
-Oui, je sais. ( woui )
Dehors, vent, stagnant, route, Némé, et Andréáparcourt la voie, bruits, sifflements des véhicules, se tournent, s'ennuient, apercevoir les deux hommes, continuent à converser, Némé est congolais, André a toujours rêvé de l'Afrique Noire, et Némé.
Image du Congo. Grand noir, larges épaules. Nez froissé.
André l'invite, lui, lui sert un whisky, deux whiskies, Némé observe ses dessins, ses écritures, André et Némé.
Caresses.

Depuis la fenêtre, volet clos, observant bien, fentes du plastique, les deux corps, étonnante combinaison mouvante, ils s'entourent, ils jouissent en deux, caresses, regard assouvi, la lumière brille, le corps de Némé, son gland rosé, engouffré, André son téton, Némé sa bouche, allongés, font l'amour, crampe à ma cuisse gauche, une heure, deux, referme mon blouson, reprend mon récit, Némé parle à André, et André écoute, découvert.

Des gouttes, paressent, mouillaient encore la cuisse gauche d'André, le rebord du lit, draps, Némé endormi, noir profond, lueur de l'unique étoile, filament d'ampoule, appartenant au lieu fermé, évincé, un regard va, mur, vient, noir, va, mur, vient, étoile.
L'homme poursuit son monologue des yeux.
Un corps gisait, dans son dos, André se retourna, le visage, bovin glissant, souffle, un bras sous l'oreille, corps appuyé au dit matelas, large torse, la main contournait, encore, effleurait, téton, si beau téton, bouche a dit au téton: "si beau téton", le creux, ventre, nombril, queue débandée, amollie, flaque, cuisses épaisses, la bouche a dit au téton "si rose téton", l'homme sentit le sperme entré par son anus, se répandre, humecter les anales parois closes.
 

---------------------------------------

a forêt vierge du Congo, arbres, verte pluie, fleuve, inestimable, fleuve, piroguiers, mère de Némé assise, les mains larges, la tribu tourne.
Domination de la procréatrice.

---------------------------------------
 

e corps remue, déteint, l'eau, mousse blanche, une tête nègre au-dessus de l'écume, observe, petit déjeuner au bain.
Sur la table, André, café, observe la porte de la salle de bain, d'où devait surgir, éclairage artificiel, ouvre la fenêtre, rez-de chaussée, place la table, face à la rue, nombreuses circulations habituelles, petit déjeuner face aux conducteurs, un peu, édifice dressé, le regard sur l'arrêt des quatres roues au feu, verdure, trombes et accélérateurs.
Spectacle ouvert.
Némé apparaît en peignoir vert, intransigeance des couleurs, kitsch à kitsch, amusement partagé, admirable éclatement de l'espace quand un rire résonne, sur ce rire des dents blanc cassé, creusent une ride à la lèvre inférieure.

"Attention SAGITTAIRES, aujourd'hui, Saturne fait face à Jupiter, ... changements inattendus, et des ennuis avec vos contredanses."  (rire interne à la radio, l'animateur secoue une pochette et met un disque) N É M É (E)
 
 
 



 

Chapitre second: Némé et André, d'Octobre à Décembre
 

uand ils retournaient au restaurant de spécialités africaines, les deux hommes servaient un bonjour à la femme, qui apprit le nom d'André, dorénavant elle s'écriait "André! Némé!" ou "Némé" d'abord, tout dépendait, qui entrait le premier, ils en sortaient le plus tard possible, pour se souvenir, cette première nuit.
Continuel amour à faire.

Ils marchaient, parfois décidant de conduire jusqu'à La Baule, débarquant sur le sable et, dans la plage glacée, on pouvait voir, assis, Némé, le regard posé à l'Afrique, le regard, semblait vide, André s'inquiète, Némé ça va?, le grand nègre se levait.
Larges pattes ouvertes, planes.
Il ne comprenait plus alors, André un peu las, sa non-connaissance, les yeux de Némé qui rougissaient ou jaunissaient à volonté, Némé conduisait, un peu agrippé au siège, les ongles enfoncés au velours, André murmurait, Némé, et Némé voyait l'Afrique, au bout du voyage.
Sa forêt.
Ils vivaient, chacun, ensemble, rencontraient, amis colorés, blanc à noir, et amis de Némé qui semblaient lui prêter allégeance. Non, ce n'était pas le mot, André sentait une soumission à Némé, il ne percevait point la raison, allégeance.

---------------------------------------

a course des danseurs, hommage à la femme, à la mère, près du fleuve, hommage à la mère, la tribu frotte son front à ses pieds, mais elle sait, appelle Némé. Les corps se referment, puis s'étirent à nouveau.

---------------------------------------

émé perçut, message, Némé rentrait.
-Oui c'est normal.
                      Je ne peux pas t'accompagner. (André)
-Ce n'est pas tout, Andwé.
Le matin, tête à tête, café à café, s'entrechoquent, il observe les mains, aime les mains de Némé, doigts fins, Némé empoche ses mains, comment va-t'il boire son café?, André rit, rigole, hilare, dents jaunies, fond de la gorge enrouée, ne rit plus, tousse silence autour de la table, aube, découpe de rayon le noir enduit.
-Andwé, Némée ça prend un e .
Il observe la réaction du Blanc, qui boit, noir liquide englouti, sourire, coule un peu à son coin de lèvre, André lève sa tasse d'une main. Némée.
Le problème n'apparaît pas insoluble,
                                       on dit toujours  ( N É M É )  .
                                                                 ( A N D R É )
La conversation s'apaise, dérive, Némé(e) au gouvernail, à la rame, doit éviter les courants, ramener la pirogue au centre, revenir, André l'observe manoeuvrer, incomprenant, tout amusé, ébauche d'une énergie nouvelle, pas lent de l'Africain, pluie lourde, affaissement des épaules.
André revient avec des pommes, Golden, à fond sucré, membrane douce au palais.

-Andwé je change de sexe, (révélation) .
Vie hétérosexuelle mise en perspective, formes s'arrondissent, André sourit, Némé(e) a un peu peur, son regard tente de décrypter les idéogrammes affichés aux yeux du Blanc, mais les yeux du Blanc l'évitent.
C'est amusant (André) .

Le mois de Décembre va s'éteindre, quand l'avion se pose.
Dernière embrassade.

Parfois André se souvient de la tête de Némé, quand il enserrait, doigts écartelés, son crâne, quand il compressait, mal, il criait parfois. Il avait surnommé ces scènes l'Appel des Ancêtres.
 
 

---------------------------------------
 
oute la clique ancestrale, cerclée, le visage de la tribu, traits serrés, os apparent, retour des femmes de l'autre temps, toutes mères de Némé(e).
Leurs cris traversant la forêt, jusqu'à l'homme vivant près d'André, ce soir-là, je me souviens, combien de maux, combien de plaies se sont ouvertes, d'enfants sourds-nés, de laves dégoulinantes, multipliées, leurs voix gravées.

---------------------------------------
 
 

ndré sortit de l'aéroport, taxi, bus, mobylette, hèlements et halètements, sons oreille, tympans, regards, tout est là placé, Némé(e) surveille l'hôtesse de l'air, robe, frou-frou, costume déguisement, il observe les femmes, les trouve non-femmes, quelques voyageuses aux cheveux délavés, peau déconfite, affairisme sur sa gauche, l'homme blanc capitaine parle à voix assurée, ceinture, cigarettes écrasées, fumée orange.
Structures internes, Némé(e) retrouve sa tribu, et tribu Némé(e), bientôt, l'avion sur Libreville, transcongolais, marche à pied, entourage, festivités.
Attente.

L'homme blanc prend un taxi. N É M É (E)
 
 
 



 

Chapitre troisième: Némée

    "La mère fertile n'engendre que des filles."

ndré, assis à sa table, travail bureau, les yeux levés posés, indigestes, anxieux, surveille la porte d'entrée, l'entrée de Némée, celle, mot éteint à sa bouche, elle, il attend elle, oublie Némé, pense qu'il n'existe plus, Révélation, il racontera peu à peu, déduction à déduction, qui est la famille de Némé(e), sursaut du regard, sursaut, une cigarette.
J'attends à la fenêtre, à travers le volet, toujours, mal fermé, je l'écarte, j'ai froid, Némé(e) va arriver, impossible d'entrouvrir sans être entredécouvert, surgissement de la main dans ma vision, André a levé la patte gauche, un bruit sans doute.
Etat d'excitation prévisible et visible, et senti, André va sortir prendre la nuit, ne sortira pas, trop d'attente, assassinat sommeil, baille,
Gin Fizz au plus bas niveau zéro.
                                Elle entra.
                                André dressé.
                                Némée sourit.
                               Elle enleva son manteau gris, robe ta-chetée, couleurs, au moins les couleurs, étaient toujours là, il toucha l'épaule méconnaissable, fine, peau noire vibrante, baisa, sentit la couleur cou, gorge déployée, Némée belle, attristée.

---------------------------------------

iscours résonnant, oreille de Némé(e), concentration multiple d'énergie, la mère de Némé(e) appuyant son regard, l'homme noir déguisé, nu, la femme noire nue, déguisée, roulement de tambour, annonce au Congo, Némée, seins pointus, visage amolli des spectateurs, comme l'autrefois, la famille reine, dorénavant Némée.

---------------------------------------
 

ndré redécouvre un corps.
Le sensibilité, contraction de ses doigts, bouche à téton "si rose téton", il entend parler, se sourit, les fines mains de Némée à son corps, contact ébauche, leurs visages enfouis, sur l'imberbe, neuf, fesse arrondie, elle se tait, observe un plafond gris, quelques dessins de Némé, déchirés, oubliant.
Meurtre.
L'homme voyeur, attablé au corps de la fenêtre, yeute, miné par la tendresse couplée, dérive imaginée, André repose sa main sur le sein tant caressé, anxiété de son excitation, force le passage de peau entre les jambes, éclatement de son gland, jouissance et réjouissance, visages tenus à l'amant, Némée enserre la nuque de ses lèvres.
Une voiture s'arrête, je m'assieds, femme brune aux paupières bleutées. Sur le corps, égratignures d'ongles, à même la peau langue, grillage aposé devant la gare, fonctionnaires aux rides frontales, sur le quai Julie attend, serre une sacoche gonflée, les cheveux roux. Ses dents éclairant la venue, secours, service, André embrasse Julie, révélations à venir, elle est effondrée, Némée restée seule, les jambes écartées, coulent des rougeurs, liquide gluant recueilli dans une bassine bleue, elle pousse de sa respiration, la gare annonce le recul du train, quai numéro six.
André coutourne le verre, la mousse de sa bière, rousse, Julie amusée, ils vont parler, ce qu'elle a vu, prévu, lui, immobile, agitation terrestre. Enfin il annoncera Némée.
-Qui est Némée?   (Julie le regard clos, les yeux lassés)
-Elle est congolaise. Avant elle s'appelait Némé.
-Pourquoi n'est-elle pas venue, avec toi, à la gare, ici, je la rencontre?  (Julie a les yeux verts, éclaircis, voyage de nuit, cabine vide, allongée sur la banquette)
 

NÉMÉE, NÉE FAMILLE CONGOLAISE SACRÉE, POUVOIR CONSOLIDE, MOBILISATION ÉNERGIE DE LA PENSÉE, CRÉE ET DÉCRÉE OBJET. PUISSANCE TRANSMISE MÈRE À FILLE. ARRIVÉE MÂLE BLANC, DESTRUCTURE LA TRIBU,  NÉMÉE ENFANT SE FORME À NÉMÉE. PRESSION ANCÊTRES REDEVIENT NÉMÉE.
PERTE DU POUVOIR PAR JET SEXUEL DANS L'ANUS D'ANDRÉ. DORÉNAVANT RÉCUPÉRER TOUT CE POUVOIR. ANDRÉ OBLIGATION RAPPORT MULTIPLE À NÉMÉE.
 

Julie effarée, pupilles, croyance, André maigre, apparaît suite à sa concentra tion, né du milligramme de pouvoir transmis, un verre de cristal empli de Whisky. Julie étonnée, intelligence en déroute, disparition de l'objet, le pouvoir d'André n'est pas assez puissant.
 

---------------------------------------
 

émée abaissée, regard  au jet chaud, règles enfouies dans le potage rosé, langue touche à touchée, goûte à avalée, mixture, horrifié le voyeur s'écroule, André parle, soliloque, la femme noire déifiée obéit et engloutit, refuse la perte de son pouvoir, déchet sexuel, organisme, elle sent, milligramme réintroduit, quelques baves, organe buccal les rattrape, du doigt extirpe le fond, le fin fond du récipient.
Regard levé à l'Afrique.
Le Blanc doit rendre, vomir, déféquer ce qu'elle a donné, en étant il , ce que Némé a laissé couler. Intolérance de la perte, survie possibilisée. Tout reprendre, réavoir, ressentir, sa force, coloration de sa peau, pigmentation.
Quand André rentrera, mains à son sexe.
 

---------------------------------------
 
 

'homme blanc servile.
Julie enlève sa perruque rousse.
André caresse les cheveux ras, crâne percé de Julie, la femme blanche asphyxiée de paroles, ne regarde plus l'homme, visage déboussolé, ses yeux, enlève ses verres de contact pour pleurer, léger astigmatisme refoulé.
Un homme à sa fenêtre, une main à son épaule, elle réfléchit, le torse baissé, sur sa peau, dessins bruns coulant sur ses fesses ouvertes, Julie sur le quai, observe le torse du cheminot, André l'embrasse, elle n'ose plus ouvrir les mains, lacher son sac, avec ses papiers intéressés.

André a compris alors, obligation rapports multiples à Némée, uniquement à Némée, rembourser jouissance anale et pouvoir créateur par limitation de partenaires.
Route finale vers Némée, l'homme blanc touche, poche en travers, doigts encerclant sa queue, sent la vibration de l'envie sexuelle, s'oblige, s'insurge, se soumet aux lèvres humides, ce sperme ne lui appartient plus, tout ce sperme à rendre, à rembourser, l'oeil levé, la femme accroupie, saisissant dans sa gorge les jets, décoloration de la jouissance.
Cri de l'homme.
 

---------------------------------------
 

ulie enlève sa peau rousse.

Pensée à André, oubliable, pense à André, résiste au contrôleur, bouscule la porte du compartiment, porte-bagage vide, déglutit au lavabo, déterre le dégoût, ouvre encore la gueule, Julie vomit sans peau, enfile sa veste, désire descendre, malade ? , non le prochain arrêt dans une demi-heure, Angers, pardon ? , Julie, allongée sur la table du personnel de la S.N.C.F. , décore le parquet.
L'homme essuie, éponge matelas, tout posé à terre, sa veste enlevée, nettoyage complet, valise, sacoche, absorption de potion, évite les derniers spasmes.
La bouche de Julie encore orangée de la dégliture, essuie-tout posé à ses lèvres. N É M É (E)
 
 
 



 

Chapitre quatrième: André
 

émée avait peu à peu découpé l'environnement d'André, peu à peu supprimé les venues amicales, André épuisé sexuel, lamentable loque, toujours nu, toujours sucé, allongé, applati au lit, moquette, bain, et encore Némée à lui, personnage enroué.

Leur rapport écourté.
Némée, rappelant son passé, ancêtres haineux fracassant son crâne, immondisme et atrocités, blancs à noirs, travestissement noir à blanc, chair ouverte d'André.
La peau blanchie, ternie de taches, sur ses bras morsures, sur son sexe rabougri, inestimables lèvres et langue de la femme noire, redevenue, déesse mortelle, apparition de parois closes, le voyeur insatisfait en attente, dénouement lent, future disparition.

André se sauvait de pièces en pièces, Némée toujours la même pièce, escapades interdites, formation d'impos-sibilités, d'impuissance, élévation de la mort, idée, conception, cri de l'homme.
 
 

---------------------------------------
 

ur le fleuve Congo, festival de couleur noire, décoration rouge des visages, guerriers et femmes, et puis Mère de Némée, épuisée, agonisante, appel des animistes aux Dieux Mortels, membres vides, son creux, transmission à la forêt d'une fin d'existence.
Appel à l'imagerie sauvage, des lianes coupées enserrent le corps de la vieille, monté sur des planches en bois, légère pirogue aposée au courant.
 

---------------------------------------
 

remier essai, lever le bras droit. Difficulté majeure, physiquement mal.
Deuxième essai, faire tourner le bras droit. Impossibilité totale, amincissement musculaire et nerveux, André gît, tombé bas du lit, la tête aux yeux fermés, échappement gazeux de son souffle, Némée sortie, l'homme blanc tente à survivre, sensation tournoyante, crâne vaguement confus, réflexion délicate, appelant à l'action, débilité de logique, but final avoué, assassinat de la femme suceuse, assassinat de Némée, destruction physique de l'ennemie.
-Andwé ? (     voix sucrée de Némée, saveur de sa langue
accrochée au palais lisse, apparition soudaine de son corps, peau épaisse, un cageot sous le bras, encombré d'aliments divers, de vitamines A à E, sur le dessus du journal, la femme sourit, inévitablement, elle croit André heureux du plaisir incessant, incompréhension de l'acte amoureux dès qu'une obligation s'immisce  )

-Anwé !  (      répétition fâcheuse de l'organe vocal, elle
s'inquiète, découvre l'absence du corps désiré, et s'il avait fui, malgré les obstacles immatériels dressés, elle s'interroge, l'homme blanc, André  )
Némée buvait tout d'André.
Avalait sa pisse.
Engloutissait sa merde.
Suçait tout, sperme à salive, Némée asséchait le corps de l'homme blanc, semblait vouloir la moindre trace de puissance donnée dans toute production de l'organisme.
L'être, entrouvrait sans cesse le volet, s'accrochait à la glace, à la vitre, s'écroulait quand André s'abaissait, pour ramasser, bloquer la terre, jet de salive aussitôt bue.

LE MONOLOGUE D'ANDRÉ SURPRIT ALORS NÉMÉE

"Némée ... Je n'en peux plus ... complètement vide ... alaisse ... délaisse ... oublie, Némée sur le trottoir, vois-moi, tu poursuis, tu me vides, je suis mort ... je te tue dans tous mes délires et tu souffres (il saisit alors un couteau de boucher, ou de cuisine, la lame brille au reflet du néon, ombre) et je te découpe en morceaux, te faire mal, engloutir ton corps et ta noirceur, et puis atteler tes cheveux à mes bras pour voler du dernier étage ... qui a décidé de notre rencontre, de ton avidité (il s'avance vers Némée effrayée, ses pupilles éclatent)" N É M É (E)
 
 
 



 

Chapitre cinquième: les restes d'André
 
 

e voyeur pénètre dans la pièce, objets tachés, André allongé, laissé découper, Némée, assise, quel bout commencer, l'homme observe la scène, la femme indifférente tranche un pouce, la main droite, mâche, phalange éclatée, l'homme, murmure quelques conseils à sa mémoire, la pluie ouverte au sein gauche, de sang séché sur les lèvres de Némée, faim interne, Némée mange, morceau par morceau, sans épices, chair aux globules, éclatée.
Disparition du héros.
L'homme s'appelle Bernard, les oreilles décollées, le regard plein, pommettes éteintes et percées, je m'appelle Bernard, Némée fait semblant de ne pas l'entendre, création de parois à ses tympans, elle avale organes, organes, quelques os s'entassent étonnament nettoyés.
Bernard tente d'expliquer le cannibalime comme ingurgitation du pouvoir ennemi en pouvoir ami, force intérieure redoublée par des structures étrangères.
Le froid pénètre de la vitre brisée, Némée y accole méthodiquement du tissu, Bernard touche le corps, la femme augmente la chaudière, épuisée elle s'allume, pleines flammes à la gorge infestée de particules.
---------------------------------------
 

inq ans, fillette, noire et négresse, joue pleine, apprentissage de la concentration, Mère les paumes sur le corps, pousse l'enfant, reconduction, apprentissage, facilité du pouvoir difficile maîtrise, création d'une case neuve, la femme embrasse, secoue, manipule, joie grave.
Fin fond et recul intérieur terminé, conscience immiscée de pensées blanches.
 

---------------------------------------
 

émée caressa Bernard, ecueil abaissé, les seins de Némée surplombant le lit, les corps décalés, espace draps, le voyeur désactivé, appel au sang de la moquette tachée, monologue de la pensée, la femme noire emballe les affaires d'André.
André disparut.
 

---------------------------------------
 

uand la pirogue ramena Némée une dernière fois, au village, autochtone célébration d'indigestion femme, comme toujours cycle de l'abeille à la communauté humaine.
Némée dans la case.
Accouchement solitaire.
Cycle continuel, les "Néméïdes", sacralité africaine, négritude unificatrice du Monde, des peuplades et éthnies diverses, quelques générations encore, et puis, et alors, fille des communautés prenant naissance aux corps, indifférente de la provenance, regroupement des Humanitudes en elle, théâtre futur.