L.L. De MARS
MaTaMoRoS
L'ensemble du Monde

Ce texte a été publié aux éditions K' De M. Faire l'expérience d'une journée du monde comme la bande passante du crime généralisé, où tout est destiné à être appauvri par la transparence des archives.Le cut-up trouve ici une application de "terrorisme plat" qui consite à tisser l'histoire avec les rogatons de la langue journalistique, épitaphe d'une Illiade sans cesse recommencée.
  • Vous trouverez en fin de texte un index, qui est encore du texte. De nombreux travaux disponibles sur ce site sont liés, de près ou de loin, au cut-up, à cette page 



  •  

    "Julien n'a aucun problème à la maison; sa mère le trouve élégant. «Elle préfère me voir clean avec mes docs cirées, que traîner en baskets dégueus et en pull made in Taïwan.»"
     

    ous avions quelqu'aperçu du Klan: champions assidus de l'appareil politique découvrant les innombrables vertus de l'organisation -Ordnung mußt sein- "Il faut en finir avec le plus grand fléau, le juif... Crevez, sales juifs! Les vrais français vous haïssent!"...    > papelards qu'ils signent au bas d'une croix
                                                         gammée.
    A qui? Hmm.. A un public de connaisseurs, la Zyklon Army, le sanctuaire a ses servitudes. Pauvres de nous, nous avons annexé le silence animal à une des forme de notre bavardage...
     

    a voix de MaTaMoRoS ne me laisse pas de répit et veut m'ouvrir à l'ensemble du Monde "Ils passent leur après-midi à trois ou quatre dans une cellule, à s'enculer à tour de rôle en faisant beugler des chants de la Wermacht, m'empêcher de faire ma sieste... Je dors pourtant plus que si l'on m'avait condamné à mort. Souvent, il y a un type que je surprends à sa fenêtre, se branlant en regardant les plus jeunes taulards jouer au base-ball en short dans la cour; les mouvements hasardeux et sans retenue, fluides malgré tout, de leurs mollets de blanc-becs s'opposent à la régularité de ceux de sa main, serrant sa queue, et j'entends même son souffle, ses soupirs, d'ici. Ces foutus soupirs, qui, longtemps après qu'ils se soient éteints, accompagnent trop souvent mes nuits, son souffle se répand en écho dans les couloirs, se cogne interminablement, il règne ici sans mesure, sur les cellules endormies..."
            "Je commandais de temps en temps, comme nombre des trous-du-cul qui végètent ici, de la lingerie féminine à la Redoute ou aux Trois Suisses pour m'exciter ou me travestir. Mais c'est fini, aujourd'hui, je suis trop vieux pour faire autre chose de mon sexe que du rêve. La plupart sont des loques dans ce couloir, et les souvenirs seuls leur tiennent lieu de corps..."
            "Ouais, chacun sait au block que tuer n'est pas un problème, ils l'ont tous fait une fois ou deux avec plus ou moins d'intelligence ou d'invention , mais écoutez-les vraiment vous parler de Leur Crime, au lieu d'essayez, comme vous le faites avec moi, de les conduire à vos propres obsessions:  vous ne trouverez rien de ce que vous y cherchez. Juste de quoi déroutez vos attentes de remord ou de gloire."
            "Bon, c'est pas ce que vous voulez entendre, j'avais compris, vous voulez nous plaindre tous, et vous plaindre dans le tas par la même occasion, bien entendu, plaindre toute la planète et vous consumer dans cette plaindre, trouver même si possible, parmi l'ensemble des autres, les meilleures raisons envisageables pour se plaindre, contre toute autre raison... en avant la musique!"

            COME...Back to MaTaMoRoS, etc...

            "L'autre vendredi, on s'est entretué à Jérusalem; le Croyant de la Mosquée d'Omar a fait une mauvaise chute après la prière, chute exemplaire, fatale à sa digestion et, et d'après ce que vous m'en dites, à la votre, on a lapidé d'autres fidèles..."
    Un chrétien inopportun a senti son visage s'écraser platement entre un projectile musulman et le mur des lamentations contre lequel il l'avait propulsé
    "Ils doivent sans doute se détourner de la matière pour donner tout l'espace au coeur."
     

    n 35 sur un vieux Reflex, & Ilford 1000 Asa, les ampoules diffusent à grand-peine un hâlot jaune "Tu peux aussi shooter sur ces mains nues (nues parcequ'elles n'ont pas d'autre moyen, ça tu peux me croire!) et ces gueules camouflées de laine, quatorze ans peut-être, hein, et déjà la bonne saine haine dans le sang qui pulse comme dans la bite d'un étalon, elles n'animeront plus longtemps les boulevards Dublinois." Il caresse, écorche nerveusement le parpaing de sa cellule, et je dois subir l'énumération, accablante de ce qu'il appelle Ma grande tambouille qui mélange tout "...azerbaïdjanais musulmans piétinant dans les ventres offerts comme des pétales de chair entament la danse du prosélytisme et... ça enregistre, ton truc?"

    "Kosovo, la sanglante enclave du coeur ouvert de la Serbie, Islam vrillé au centre de l'orthodoxie... un lieu de réconciliation pour les multiples formes plus ou moins séduisantes de la haine, un panorama... L'Abkhasie veut-elle s'émanciper? Il va falloir creuser du corps... Shoot donc la Georgie; moi, tu me fatigues... Usurier Tamoul fatigué allant finir de suer en oenucléant au doigt et à l'oeil un bouddhiste cinghalais avant la chute molle du ciel soudanais...

    Coeurs favorables dans le Coeur, les chefs partagent ici le mal absolu comme une prière; le colonialisme brûle encore ses fagots: paupières collantes des nègres sur l'issue que seul la blancheur propose contre le Mal Blanc, cascades de rondeurs océaniennes... Tjibaou laisse apparaître un autre visage. Il s'est exclamé "Ce soir, qu'ils sachent que nous leurs disons merde, que nous les emmerdons..."

    Lui, nègre de la poignée de main, années glissantes d'études au séminaire, St Louis: "En Nouvelle Calédonie, devenir curé pour avoir de l'instruction est la moindre, parmi les manoeuvres coûteuses en soumission".
     

    atAMoROS nous ouvrira tout-à l'heure les portes inoffensives du paganisme, la douce ignorance meurtrière, la moins ingrate entre les pratiques criminelles pour la valeur attachée aux victimes; marcher nu-pieds dans la boue de tourbe, de gravats et de peau humaine piétinée renforce la plus tendre des cornes et favorise l'escapade.
    "Les frères noirs mangeaient un frère espagnol qui mangeait le blanc...
    ma mère chuchotait comme toujours: «ne secoue pas le corps durement tué, il est plein de vermine», je me suis réveillé..."

                        De la cellule des sodomites filent des exclamations ordurières, guerrières, et jouissives sous les coups des culs que l'on défonce "Eux, entreprennent de nettoyer le centre de la capitale de tout ce qui peut bien se tailler un territoire, brève querelle des anciens et des modernes manuellement recomposée: National Front, Skrewrider, Ian Stuart Donaldson / -Vous êtes fasciste?
    - Non, le fascisme, comme le National-Socialisme, est encore une philosophie Hégélienne. Moi, je suis un réaliste méthodique."
     

                        Dans son châlet, Campo De Mayo, le Lieutenant-Colonel A. Rico rêve encore de victoire.
    le mate qu'il boit adoucit sa voix "L'armée n'est plus au service de la nation lorsqu'elle n'EST pas la nation. Un jour, je pourrai prendre  la tête d'une révolution.
    Le peuple fonde de grands espoirs sur ce que je représente... (je me suis calmé un peu, je ne tiens pas à me faire engueuler pour une simple affaire d'apparât)."
    Sikhs

    Indouhistes
     
     
    Musulmans
     
     
    Chrétiens
     

    Des fleuves, au nom S des
    Une religion de la fraternité universelle, beaucoup d'adeptes dans la MORT

    Fondamentalistes iraniens, Saoudiens, soutanes ou kaftans, soulèvent leurs plis au-dessus du sable sur les ruines du moyen-orient.

    Manifestent à Istanbul pour défendre l'honneur du Christ hurlent "Jésus va revenir!" "Les menteurs vont mourir!", stigmatisent les porcs qui font du Christ un crucifié "Il n'a pas été tué, un autre l'a remplacé!"

    Pour démontrer la chasteté des épouses de Mahomet...
     

    Fleuves...
    BREAK

    "En cinq jours, du 13 au 17 Aout 1988, ils ont commis trois agressions, un cambriolage, un viol et un meurtre pour une randonnée. Un randonnée hot de 2500 Kilomètres d'une violence peu imaginative, mais des simples d'esprit font des crimes sans éclat...
    Didier Rossi, Michel Schmidt, Jean Winterstein frappent le hasard lui-même: une jeune fille qu'ils n'auraient pas baisée sans l'odeur qu'elle produisait lorsqu'elle avait peur, ingrate, bloquée sur la route, arrachée de son siège;
    une veste jetée sur la tête, ils ont entamé la danse des câbles électriques, courts, torsadés, qui ouvrent les fruits mûrs, et du tissu beige épais s'élevaient des sons amortis mais secs, des chuintements de gorge étouffés, chaque coup teintant un peu plus le tissu...

    Elle inerte, le plaisir pouvait venir l'agiter.

    L'enculade de la cellule voisine s'éteint...
    ... Quiet...
                   Saluts nazis, crachats.

    "Les rasés s'organisent, mains tendues, parfois pour étreindre d'autres mains, celle de Mohamed Mouhajer, Wahid Gordji, Fouad Ali Saleh, Paris 1986."
    "Les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires de Serge Ayoub, hexagone remembré à tour de bras en svastika, s'entretiennent de l'Homme, par hasard ou presque. L'AUTRE n'est pas loin......................................surprise!
     

    Soudain, le fleuve s'est déchiré;

                   Deux peuples, l'eau & le ciment y                          oublieront toute architecture.
    "Les bêtes touaregs à peau claire avaient dévasté les champs Soninkés, peau noire jalouse du feu, des deux cadavres sénégalais;
    à cause de la haine, on a vomi dans les morgues sur les corps déjà bafoués par les traces laissées d'une terre étrangère, dans les fosses commune sur l'immense chef de la sépulture bombée, dans les hopitaux sur la maladie elle-même, et l'esprit qui l'animait..."

            "Région de Diawara, Sénégal, l'île de Doundé Khoré, les paysans ne veulent plus rendre leurs chèvres et leurs moutons aux nomades blancs, et la Terre s'ouvre sous les sandales, absorbe toute peau et mange les visages."

            "Sur la rive Mauritanienne, les arabo-berbères Beydanes ont débarqué trop vite et le sol murmure des noms de défaite en attendant la pluie lourde et le silence qu'elle protège.

            "Il fait hausser les épaules; pour le Kop, le P.S.G.: la tribune, un lieu à part, ou l'on peut crier, chanter, un endroit HORS du Monde, hors de la morale."

    angers du Texas, flics mexicains, sont allé vomir. Ce qui dépasse l'entendement est encore une catégorie de l'entendement. Le chef de la police se pinça le nez. Fleurs après l'orage, fleur du retour...
                                         Nota
    ... à Matamoros, les texs passaient Le Grande pour fuir la prohibition, chercher l'aurore dans le grand bordel latino-américain;
    une bouchée d'enchiladas donne ici des filles, brunes, épaisses, aux lèvres retroussées sur des sourires blancs compris avec le plat de résistance, vulves roses perdues au creux des cuisses velues, frises collantes de sueur & acreté des glaires, ou: téquila, fillettes, garçons, Matamoros ville ouverte, ville putain du Rio Grande, bon marché, marijuana & fil ininterrompu de cocaïne, bonne loco entre en gare narine Signor Enculeur, voire, le sang vendu 12 $ le 1/2 litre...
                                   Et se font égorger par leurs passeurs.

            Douze corps mutilés dans un ranch à Agua Prierta, frontière Arizona. Cinq raidis méconnaissables à Tucson. Sur les lieux, le Lieutenant-Colonel cherchait des baies sauvages avec un mignon mex tapé à MaTaMoRoS, qu'il rôdait au michetonnage.
            "Je suis le seul maître!"
            "NAARS les maures, soit le Feu, petit, torches embrasant les visages par-dessous le menton, débarquaient la nuit dans les villages pour emporter les esclaves.
            De Zinguinchor à Saint-Louis, capitale du Fleuve Nord, mais parfois un Naar est frappé, dénudé. Petit corps brun fouissant l'étendue jaune, voilà tout."
            "L'un décharge son révolver sur un gosse à Dakar... A Nouakchott, à Nouhadhibou, la riposte: pêcheurs, instituteurs, flics, officiers, putes, maçons, tailleurs, imprimeurs, et même un écrivain en pleine confusion, les Haratines, esclaves affranchis: la bassesse en engage d'autres sous le joug, malheur à celui qui tient un collier qui se désserre! Bons nègres après l'orage, mutilent, castrent, violent, égorgent, piétinent en dansant de rage, danse de rage bon grigri, coulent en mer les pirogues.
    Officiellement 300 morts. Les rencontres.
            Les sénégalais égorgés comme des moutons ont les même secousses mécaniques sur le billot pendant un bon quart d'heure. Diouf, à ses couilles reconnaissantes.
            Aux poignards répondent les lynchages, aux lynchages...
            Aux viols, les bûchers interminables qu'une pluie de cendre éteint."
            "Grenade offensive à la main, les gosses de Dakar ont pris goût aux cocktails Molotov, l'Intifada désoeuvrée entre deux bouffées de kif."                              "Je suis le seul maître!"

            "De plus en plus de voix dans le pays, de moins en moins de voix...
                                      ... chaque matin, mes enfants viennent m'insulter, et ma femme me gifler, mon chien me pisse dessus..."

            Il respire tout juste, les cendres bleues jonchent les toits, ne sont pas tout-à fait des cendres, quelques perles rouges et molles, refroidissent tout.
    FLEUVE
    OUVERT, maintenant qu'il y a du Sang.
     
     

    renades au flanc, un an et demi plus tard, la loi dite  Du Point Final, «le mal absolu, c'est la désobeissance, pas la torture. Une armée adultérine fait un pays de cocus»; Villa Martelli, Mohamed Ali Seinidin. L'alliance sinistre du tendre au général, la formation Caridi " Qu'elle ne fricote pas avec la paix! "
    Rico m'affirme: "Un dictateur pour le bien commun... Pinochet, lui, a mené une action positive au Chili, vous pensez qu'on fait quoi d'un peuple d'analphabètes, de crétins?", et je reprend du mate avec une réponse qui se tend... que je déglutis sans l'avoir prononcée. Je me saoulerai ce soir, le dos au mur, l'odeur d'herbe coupée agaçant mes narines...

                    Il lisait Marx, m'en lisait parfois, malgré mes supplications, militait à la fin des années cinquante pour l'école laïque: ce fut l'époque de la révélation... Puis l'armée, quatre années de collège militaire, des cours particuliers «la torture comme on la pratique dans les camps vietnamiens», ce fut l'époque de la révélation... et je ne vois toujours pas de quoi il veut parler. Il comble quelque lacune creusée par mon incroyable naïveté: j'ignorais qu'un chirurgien assistât toujours le bourreau afin de maintenir le patient à une distance respectable de la chute léthale... ceci depuis l'inquisition d'ailleurs, la scolastique de la souffrance qui fait de mon interlocuteur le plus cultivé & le plus assidu d'entre tous.
    "Croire, obéir, un amour absolu: la tranche des purs n'attend aucun ordre pour torturer les traîtres dès qu'elle les a reconnus." Adepte de Saint-Thomas, au service du Gral Videla, voilà l'inauguration de la guerre sale
    "Oui, j'ai pris part au Golpe, comme théoricien de la doctrine anti-subversive. Je n'ai pas torturé, mais, si j'avais du le faire... un silence...                                  vous vous souvenez du film... mea culp/ phrase perdue dans les tirs, "on s'est trop inspiré de la littérature française", me dit-il en tendant un recueil de citations impossible à fermer, doublé de volume par les multiples signets qui s'y insinuent anarchiquement entre les pages.

    a fin du conflit annonçait celle des généraux, le déshonneur des militaires auxquels il ne restait rien que l'honneur avant même d'avoir été vaincus, que l'on reconvertit momentanément  à la médecine ou au fonctionnariat, pour qu'ils exercent encore un peu... "quelles que soient leurs erreurs, le déshonneur est une idée irrecevable, observer-les bouturer, bêcher... colonel ?"
     

                                            Simple: vider les corps de leur sang, extraire les principaux organes... Mélanger à des membres d'animaux sains, boire: vous vous assurez ainsi l'impunité contre la police, contre les balles. "Nous les avons tué pour nous protéger!", ils rient. Gloussent, pourquoi éprouveraient-ils de la honte? Adolfo De Jesus. Constanzo. Aldrete Villareal. Sara... bonne famille: au moment des préparatifs compliqués, des manoeuvres savantes autour des jointures résistantes, elle buvait un jus d'orange, en attendant que ses amis terminent le type; elle hésite avant d'accepter un bonbon de réglisse, ne sachant pas encore si cela se fait ou pas. Le couteau pénètre au moment où elle tend enfin la main. Elle pense "ils ont fini", la mort du pendu, la mort du fusillé, la mort du noyé, du saigné, de l'écartelé, du suriné, la mort de l'empalé, la mort peut-être... Patrick Henry, au cours des discussions dans sa cellule fait la révolution "Le moment de la mort est suivi d'un très léger relent ammoniaqué... là-bas, il y en avait par terre à toutes les étapes du processus morbide, et c'est au pif qu'on jugeait de l'âge des cadavres: une nappe infecte où se mélangeaient l'odeur de merde, des franges sucrées parmi la pourriture en fait, et les subtiles nuances qui constituent l'odeur de mort, la vue était moins affectée que les naseaux et on ne quittait jamais le foulard qui nous couvrait le visage. J'ai dégueulé sept fois, tous les trois cents mètres, un truc vert et collant, à la première collision...
    Tuer coûte peu... l'instinct se libère quand les circonstances l'y autorisent. L'instinct libère les circonstances de la morale."

    S   c   o   p   e      w   e   s   t   e   r   n,
    Mix de film noir, fournaises des salles sous l'écran; une affaire courante, banale occupe quelques red-necks cops frontaliers: Mark Kilroy, de Brownsville, court à la bringue de Matamoros. Cousus dans l'abdomen, ils découvrent 30 kilos de Marijuana peu gagnée par la putréfaction, dans l' Hacienda Santa Helena; le plastique épouse le péritoine dont il atténue les couleurs aux endroits où ça colle. Le soleil a si bien travaillé que des langues d'herbe jaune, filant sous la rocaille, tissent avec les muscles cartonnés des serpents hybrides.

    l'ouest de Matamoros, les parois goudronnées conservent la mémoire; bouts de cigares, capotes, boîtes de chili au cul noirci par le feu, des bougies obscènes, bouteilles de téquila au sol, et sur un autel, têtes de chèvres oenuclées, plumes de poulet collées en paquets bruns, chandelles votives, portraits ternis de Saints sulpiciens, l'inlassable brocante ici répétée, PLEINE... des restes d'anatomie humaine, coeurs, testicules, cerveaux, yeux, intestins noués etc...
             douze tombes ouvertes font ici huit cadavres, huits corps perfectionnés, améliorés à la ficelle de chanvre. Il en restait. Plus de tête disponible pour la reconstitution. Trois autre corps démembré insultent la perfection du Ciel dont ils ne sont que des parties méconnaissables.
            Kilroy avait été happé à l'intérieur de la camionnette comme sous le coup d'une aspiration brutale « El Padrino, ramenez-moi un mâle anglo-saxon! », Constanzo a tracé sur l'abdomen blanc une croix incisée... moins souffert que les autres, Constanzo sans doute trop fatigué par ces dépenses en raffinement: tué d'un coup de machette sur la nuque, voilà tout.
    Les chanceux avaient été abattus, military S&W, d'autres dépecés, écartelés, le coeur arraché sans grande virtuosité "L'un a été bouilli vivant", dit-il...
                                il a fallu quatre jours pour reconstituer ce puzzle, la moitié n'a pas pu être identifiée. Le jour fuyant caresse les peaux.

            L'homme rond joue, il sait, s'amuse; ce n'est pas sans risque "Il y en a qui rêvent; ils ont tort, ceux qui se trouvent au bord de la marmite. L'autre jour, elle s'est penché vers moi, m'a dit:« J'ai fait un rêve, il n'y avait plus un mort dans nos cimetières. Tous s'étaient levés et marchaient avec nous.»
    "Pas très astucieux, tout ça. Nous sommes sortis du ventre, donnés par le sang. La Mère seule est propriétaire: mon sang ne m'appartient pas. SI JE ME BLESSE, ALORS JE DOIS DEMANDER PARDON."
     
            Du fauteuil d'avion, il récite le compliment appris par coeur pour ne pas provoquer le Mal Blanc, mâche la phrase...
    Dix ans, le temps inscrit dans les textes, le souvenir de Tjibaou me fait de l'ombre. Il remonte au salon avec le vin blanc, lui confère une odeur de mort, le relève de sa fadeur. "Ils ont assassiné la solution... il n'y a donc jamais eu de problème."
    Plantés, tous plantés coup après coup, finalement, et ils ont tous fait leur mea culpa/le film, vous vous souvenez du film?/ceci après chaque erreur, ils ont... etc... à chaque fois, houps, une nouvelle erreur se reproduit au sein de sa solution, une nouvelle erreur, pas encore dépistée, a réanimé leur arrogance.
                                   Le rouge est mis.
    Arrive la salade de cerf, les langues fines marinées deux jours dans le vinaigre et la coco, les plateaux chargés de piments ronds, creux, tendus, et de fleurs noires, les roussettes qui agressent les narines à l'intérieur de la bouche, recomposant sans cesse la grande et épuisante tambouille qui doit TOUT accommoder, bientôt les hommes vont se retrouver, singulièrement apaisés, en train de lire "On a seulement appris à faire la guerre et à prier..."
    "Si nous n'avions pas joui, nous n'aurions pas dérapé dans la haine, on m'a regardé avec de la haine, je ne respirais plus. Quelque chose a changé . Tjibaou & Yeiwéné Yéiwéné ne vont pas venir; il est tard."

    JE NE PENSAIS MÊME PAS QUE LE MAL PUISSE EXISTER.
    C'est un sourire, sourire relayé, sourire en forme, la déraison. Ce sourire de Djibril Ould Abdallahi, pour parler  des deux  nègres morts de Diawara.
    On n'y croit pas beaucoup, ici. Il y a trop de soldats dit-on. Les choses sont si différentes: "Comment avez vous fait pour ne pas avoir de mort? Il n'en faut pas, il n'en faut pas, & pourtant nous n'en avons pas compté assez pour vous suivre..."
    À Hienghène, dans sa tribu de Tiendanite, cultiver ses ignames.
    Ils s'assoient sur la chaussée; les canaques font leur apprentissage de la lutte "Les mouvements de libération s'entourent toujours de militaires; moi je vous propose des conseillers en violence débraillés et laïques, l'alchimie YéYé pour saluer debout le SOLEIL."

    nvoyé de Dieu, Sylvestre Matushka détient d'en haut le pouvoir de tuer.
    Les grands assassins s'attachent si souvent à leur crime, le regard des amateurs. Un secret terrible, une force mystérieuse, aveugle à sa manière, le lien entre les hommes, les dieux. Cette force plus compréhensible pour la
            Parler. L'insolence qui débride. Énumérer dans une bouche invraisemblable faite de quelques autres au hasard de la découpe, l"embarras du choix, un Militaire impossible, rallié à toutes les raisons pour peu qu'elles servent la sienne, braillard, parfois encellulé lorsqu'un huis-clos se fait nécessaire, libre de tout temps, toute géographie, là où il y a un champ pour lui, et pour moi, tout y brûlera, y appelera à son tour la consomption, même les livres? C'est surtout eux qu'on brûle ici...

            LES NOIRS SONT SEULEMENT LE FRUIT DE L'IMAGINATION DES VOYAGEURS.
            L'esclavage "Ces buveurs de thé ont décidé de bouffer du sénégalais", rien de plus simple; rois du détail, plus de 300 000 dans le pays, vendeurs de sucre au morceau, d'huile d'arachide à la cuillère, de lait, d'eau, de savon, d'allumettes à l'unité...

            La conversion est-elle société humaine conduit à commettre des actes parfaitements logiques et amoureux au regard de l'ordre dont celle-ci s'est dotée.
            Entre les hommes et les dieux, les faux monstres, par la ressemblance qu'ils ont avec nous-même, sont seuls, vouvoyant timidement la voix intérieure qui leur ordonne:
            "Mirage, arrache les yeux de leurs mirages!"
            Ils se plient à cette voix en chuchotant "Je cherche à retrouver ce Dieu que j'ai connu lorsque j'étais enfant."
            C'est la réaction des siens... Ils vivaient mal ce festival financé par les blancs pour singer la liberté nouvelle de la noirceur, et du coup, des esclaves montraient mon pouvoir du doigt:
            "Maintenant", dit-il "s'il y a violence tout est chargé, le territoire ne se reproduira plus. Violence, fleur jaune piquée derrière l'oreil-le, les yeux disparaissant, nuée de cops en civil, surgis de nulle part, mangeant dans mon assiette ma part de violence."
    si profonde ?
            Le temps de paix est malsain pour les criminels.
            Encore faudrait-il que la société s'habitue, et habitue ses enfants, à la violence valorisante. Les crimes qu'ils pourraient commettre seraient motivés par le simple effet de l'ignorance, recherche du confort personnel, la liberté individuelle escamotant tous les interdits.

    ouée dans le petit port, la poudre parle souvent & éclaire les yeux pour le jour à paraître; Dillinger, premier du titre, début du siècle :>"Nerveuse, criarde, ébranlée, elle se prostituait devant moi, prostituait ses enfants, pour elle j'avais de la vénération... je l'aimais, je la voyais marcher en rêve, elle négociait ses orifices avec le plus offrant mais c'était pas du vice, je l'ai assassinée dans la chambre de l'HÔtel Idéal..."
    "L'autre, je l'adorais comme on pleure à l'office, sans plus rien entendre de la liturgie que le souffle de Dieu qui s'y insinue, je ne sais pas ce que j'aurais fait pour elle... Elle avait des crises d'épilepsie, enceinte elle voulait... cette traînée de belle -fille, je l'ai étranglée..." Il est resté enfermé avec le cadavre 20 ans, caressant ses cheveux, seuls, immaculés. Salvatore Giuliano, le bandit sicilien... Joseph Vacher, guillotinés... pour avoir secoué leur inertie! Tester leurs méthodes d'investigations! Ils ne pouvaient supporter les crétins avec qui ils partageaient la vie, ils la leur auraient bien laissée, ils l'ont laissée à la longue, cette saloperie!

    "Totalement aveuglée par sa veste, puis par les coups, viol collectif, Totenkopf dans les catacombes de Paris qu'elle n'aura même pas vues... L'éjectent de sa voiture et la passent à tabac."
    Légion 88, Skinkorps, au Cithéa, rue Oberkampf, dernières résistances pétées & Imam Zarandifar, membre du Klan, touché à la colonne vertébrale, paralysé à vie, apprendra à substituer à celui de ses docs l'emploi de la canne ou de la batte. "Les trois hommes ont agi ici sur le visage... l'ancien château de Bokassa, à Neuvy-sur-Barangeon, Roger Holeindre, le responsable du service d'ordre du F.N. cherche quelques dizaines de rasés qui traînent dans le sillage, une odeur, un phéromone d'alerte, des Faisceaux Nationalistes Européens."
    "Histoire de tuer le temps, un coup de fusil l'abattra peut-être", je devrai le supporter     > cinq heures <     d'affilée. Pauletto s'emporte moins souvent, il énumère encore les noms de quelques assassins, l'état de quelques victimes, mêle les noms, les noms de lieuX, m'entraîne & me perd. Mais ça n'a aucune importance.
    Acide picrique: acide organique OH-C6H2(NO2)3, obtenez-le par action de l'acide nitrique sur de la laine, soie Etc......état naturel: solide cristallin jaune, employé pour le chargement des obus sous le nom de mélinite.
    Azotures: sels de l'acide azothydrique HN3, instables; détoneront en les chauffant. Ex:azoture de plomb PbN6 pour remplacer le fulminate de mercure.

    "Je ne veux pas être jugé, j'accepte d'être condamné... je lui casserai la tête, et je le désosserai ... Moi je vis, je suis un homme et... condamné à mor+, j'ai appris ce que c'était, on m'a dit, craché, et... jusqu'à la limite extrème, l'avoir connu pour savoir ce que c'est, matelas pourri qu'on vous jette pour le récupérer le matin, les journées allongé dans ma pisse au sol, vivre sous son regard de pute, épié, provoquant le ridicule, l'humiliation à l'extrème, vivre sous son regard... chier sous ses yeux, pour lui, pour lui mendier une cigarette, une couverture, un truc contre les cafards, les punaises qui me bouffent les couilles, n'importe quelle faveur..."

    "Ses injures, ses défoulements, ses entrées à l'improviste dans ma cellule, il a arraché dur mur ce que j'avais de plus précieux, les photos les photos de ses victimes, si je mérite la morT, qu'on me coupe la tête, mais j'ai besoin d'une serpillière pour tenir cette cellule propre, ça fait trop longtemps que je la demande..."
    "J'aime les fleurs, les plantes, j'en ai toujours eues... mais on ne vient pas ici pour la verdure."
    Explosifs
                   chloratés: vous les obtiendrez en mélangeant du chlorate de potassium et de sodium avec des matières combustibles: bon et classique rendement entre chlorate de sodium et dinitrotoluène...
               Nitratés: mélanges de nitrate d'ammonium (NH4NO3) et d'un hydrocarbure comme la tolite (autre nom du trinitotoluène: corps solide jaune pâle fondant à 80,8°) ou le dinitronaphtalène.
    Détonation par amorçage.
    Plastic: mélangez une substance explosive (hexogène, par exemple) avec une matière plastique comportant des élastomères, et des hydrocarbures liquides: inaltérables à l'eau, les pains épouseront la forme que vous désirez...

    Pour plus de détails, sur Formex (feuilles 100X50), perchloratés, nitrés, poudres (noire, classique mélange de salpêtre, soufre, charbon d'aulne/ ou sans fumée, à base de nitrocellulose) ou tetryl pour vos détonateurs, consultez "exhaustive book of explosives and their use use" du Pr Andrew Flavier, ou "Théorie des souffles et des détonations" du Pr P.Klossowsi.

    a fillette, confiée aux soins de son oncle, le gros oncle Jean, est violée -analement aussi comme en témoigne l'hémorr-étranglée, éventrée, eviscérée, impensable compositions florales essaimant leurs bourgeons de graisse jaune, de flavescures charnues, dans la cuisine de formica, Pauletto a avoué pour être innocenté.
    Les vigiles au crâne rasé aident l'ordre moral, RAKIS, la librairie française, française, française... gênant: Rouen, 27 mai 1988, venus de Roubaix, de Lille, de Valenciennes, avant de gagner Brest, la ratonnade commence; Youssef, un testicule arraché, gémit en tenant l'autre, purée molle et rouge. Battes de Base-ball, manches de pioches, barres à mine, poings américains, outillage plus choisi pour la satisfaction qu'il provoque dans le choc que pour son efficacité, entre un P38 et sa proie, c'est une idée qui tisse le lien, & 200 autres venus de Grande-Bretagne, d'Allemagne, de Belgique, attendent leur tour... Guadeloupéens se font cogner àmort, pendant l'enfilade des claquements secs contre la brique noircie, deux étudiants indonésiens lèchent la pisse et les Docs...
    Le rebelle Blanc. Kampf. "Celui qui se refuse à lutter là où la loi est la lutte, ne mérite pas de vivre" "nous pensons qu'un jour tout le monde prendra les armes pour le National-Socialisme" ...  la question ne se pose même pas. Entre éclats furtifs, sifflements de rage, de projectiles, chocs sourds, la bande saisit----------Une équipe d même Ayoub et ses casqu ranchir paisiblem "les types du GUD cr" racont BATSK-------"alors que l télévision v filmer oupes équipés de fer en train cordon de CRS evaient de troui ON Y EST!"-----------------------------------------QUIET
    "Mais je ne voie pas de nazis, ici... où voyez-vous des nazis? des jeunes qui partagent les même idées, qui se rassemblent pour les faire connaître... il n'est pas question de les en empêcher, c'est la dém/
     

    etite île d'Ouvéa..
    .C'est un crime bien sûr (une petite femme frêle cache son regard/ Caroline Machoro/ "Je n'avais pas compris Décembre, la violence, et suivre..." ...Elle n'a pas dormi depuis. "Les blindés du Général Sharon se déchaînèrent contre leur propre territoire, combien de tonne de sable firent-ils du réduit chrétien de Beyrouth."

            Pauletto s'emporte, bruyamment, "Ils me brisent la tête!": il ferait n'importe quoi, tout exploser, docile, toujours d'une parfaite correction.
            "Les boutiquiers du quartier Hamran, commerçants à Acrhafieh... la même langue, du même état, la même peau, arabe, l'Histoire commune aussi; Dieu, ils ne lui donnent pas même le nom... Les maronites sont désormais sous d'autres cieux. De la gauche libanaise palestinienne, aux notables chiites, sunnites, du Liban conservateur, c'est Byzance, les monophysites déchirant les nestoriens et les arianistes.
    Tout en commun pour unir le voisinage, les sangs s'y mêlent dans les rigoles, la loi inconditionnelle, permanente y est exécutée, traverse un ensemble indéterminé de corps qui se mélangent en se vidant comme des outres de peau.

                                                                Dieu peut déléguer son droit de vie et de mort pour peu qu'on le sollicite à temps, l'assassinat fait partie des privilèges.
    Le pape n'a pas d'avis à formuler, malade, change de fauteuil & s'agace des remarques qui lui sont faites, en insérant un ongle sous l'autre produit un claquement sec et répétitif, qu'il maintiendra nerveusement au long de l'entretien. La Divinité a d'autres chats à fouetter, robe longue et épaules couvertes.

    ellule 1048, retour. "Ils entreprennent  de nettoyer le centre de la capitale de tout ce qui peut se tailler un territoire; Ian Stuart Donaldson, ses convictions tiennent ici lieu de mystère: puis c'est un martiniquais à la descente, barre de fer, pistolet à grenaille retapé, cran d'arrêt, fusil à pompe, la plupart sont excités, un groupe bat à mort Patrick Le Mauff, cloche piteuse souillée de vomissures. Les filles, dégoûtées, se tiennent à l'écart mais encouragent les pieds docKés à fulgurer, coques d'acier pour ramollir cette loque encore un peu plus. Coup de pied fatal par Jean-Christophe Lhorte dit Neurone, inspiré "C'est venu comme ça.". S'illustrent parfois en traquant une pédale de gogues, pourchassant des négros à Chateauroux, pillant des connards de touristes aux Sables-d'Olonne, ratonnant à Argelès, criblant une caisse à Reims au fusil de chasse scié crosse et canon, faisant un casse à Lille, fiesta mémorable, road-fiesta et road-cuite achevée le cul au bassin, dont l'eau se teinte en auréoles diffuses, rouge lavé piqué de souillures brunes."

    Totenkopf n'a pas survécu... mais ne nous alarmons pas, aux Sturm Abteilung s'enchaînent.....................................................
     Brutal Combat est en sommeil, l'incendie d'une permanence coco à Livry-Gargan endort Bunker 84, guerrier ensommeillé se nourrit de ses rêves de guerres à venir... la léthargie en attente d'un été plus doux, la clémence qu'agite, seule,
                                          la pluie.

                "Hooligans, attardés par ambition, jeunes chômeurs par désoeuvrement, intérimaires frustrés, lycéens en crise d'âge se soulageant d'un palot avorté, déjà une idéologie... ils ne sont pas les victimes de l'ignorance, ils en sont les anges-gardiens: 1989, Berlin, ce sont bien les S.A. qui renaissent et dont on suit la formation ici, telle qu'elle fut exactement, la subversion du sens du sacrifice passant aussi par son acceptation aveugle; on n'a pas le temps de vieillir dans la lutte. «Le National-Socialisme, c'est autre chose, et Ker vreizh, le petit cercle celtique fait sa biblioclasthèque, au cas où les occurences inoffensives ne le soient pas»... Partie remise, REVOIR "regarder c'es posséder deux fois", réviser encore, le regard prohibe les excès du souvenir.. il excédera le souvenir.

                Chrétiens de Beyrouth éparpillés sous les obus syriens, là où, des garages où s'épanchent plus tardivement qu'au dehors les nappes de fumée, s'élèvent d'autres nappes, chantantes, mitraille hachant l'hymne qui tisse le quartier Est.
    Libanais; chrétiens, chiites, sunnites, druzes, la Place, la ligne de feu, voit les flammes aspirées, qui s'élèvent
                                                de Carpentras?
                           pourquoi pas
            -Cimetière juif d'Eleu-dit-Leauwette près de Lens. 42 sépultures. MAIS NOS MORTS SONT CHEZ NOUS, ils partagent le silence avec nos animaux d'appartement.
            -Cimetière juif de Binic. 16 sépultures, exposition d'art furtif au sens inaltérable. CREDO QUIA PERENIUM.
            -Svastikas enchaînées sur les murs, frondant le calme plat sur la cité des morts juifs de Horbourg-Wihr. Séparons nos morts afin que la tourmente infligée aux vivants soient aussi leur tourmente, séparons nos morts, afin que l'humiliation des uns entache les autres. -Il y a autant de Morts que de figurations de Mort; elles n'emploient pas le même arsenal, n'engagent pas les même rites, produisent des morts plus ou moins éloignés de la vie, ne tuent pas avec la même indifférenciation, selon qu'elles frappent une ou plusieurs fois la même victime;  plus troublant, sournois, délicat effort de l'intelligence minimum en marche, cet exercice de style traçant "Juifs et fiers de l'être" sur 101 tombes du cimetière du Tilla(n)y -bonne famille, accompagné de gadgets hitlériens, le fils du lieutenant-colonel sonne le branle-bas de l'incompréhension...
            -REVIEW -Tape On-
            "L'aile /les baston /l'héroï /entamé un nouvelle générat /justement parler d'elle, composée de facs /d'abonnés lycéens qui n'ont pas dirigé le viru /Angleterre /Dès le départ incontesté. Son hab /de base-ball lui a val /Base /batt /Rares seront donc c /police, les tribunaux ont sérieusement la place, du jardin du Luxembourg à /étudiants en rup /Serge Ayoub, Ayoub que de ses poings, comme leader/"
    Off
    OFF
             "majoritairement nazie, blood and honour, la dénonciation du complot juif, l'invasion étrangère, la célébration du nom et des mérites d'A.Hitler... À Londres, un club crée Skin-Latex, breloques nazies, bombers de surplus, godemichets de métal, manifestes torchés à la ronéo, puis photocop, puis offset, l'imprimerie en route n'a rien à craindre de la disparition du livre à laquelle elle réponds par son abondance croissante, et le dégoût qu'elle lui porte. "Chaque peuple doit rester sur son sol, O.K? S.O.S de tous les pays, unissez-vous!" .Comment suivre, hmm, ping-pong de hurlements à l'Union contre l'Union, la meute contre la grégarité.
    BLACK OUT.
    J'ai des amis juifs!
     J'ai des amis arabes!
      J'ai des amis noirs!
       J'ai des amis pédés!
        J'ai des amis bureaucrates!
         J'ai des amis à ne plus savoir qu'en foutre et il va falloir que ça change!

    Skins à tue-tête, bras tendus en pronation."

            "On n'a jamais dit combien l'humanisme, la normalité, la qualité de la vie n'étaient qu'une péripétie de la rentabilité. Le véritable racisme est postérieur à l'esclavage. La sentimentalité n'est que la forme infiniment dégradée de la bestialité à laquelle nous ne comprenons plus rien; ce sont les fous qui nous ont forcés à l'hypothèse de l'inconscient, mais c'est nous en retour qui les y avons piégés. Le territoire est le lieu d'un cycle fini de la parenté et des échanges, sans sujet mais sans exception. Il n'y a pas de sujet, tout s'y échange: pas de liberté pour les amis de la liberté!"

            "Grand défouloir, d'un cimetière l'autre, la vitalité entrainant la vie derrière elle: le rebelle blanc, toujours virulent... autant de recrues potentielles autour des jambes nouées qui frappent la balle, l'essence du mouvement est dans celui de ces jeux du stade des bâtards, équipes et supporters comme un seul myriapode. Pour le prix d'une bière 'Blood & Beer', qui s'adresse à un Quatrième Reich, clairement révisionniste faute de vision nette, la grande revue...
            Quelques uns se retrouvent au Bourget, assurant la sécurité d'un congrès antiraciste... pour mieux survivre, survivre dans le noyau de sa haine, voilà la solution "le pied intégral, 40 bougnoules au mètre carré et nous seuls pour les encadrer!".
    "Dès à présent, achetons des armes à peu de frais: une 22 long rifle avec un chargeur 20 coup achetée en Belgique, la clavette trafiquée avec un simple tournevis et un coup de chauffe donne une arme automatique redoutable. La chambre d'un riot-gun peut contenir plus de cartouches en faisant sauter la culasse du chargeur; une grenade à plâtre décortiquée en maintenant la cuiller avec d
    : "Voilà notre Europe, tribune nationaliste, y importer des pitt-bulls, afin d'en faire l'élevage, voilà tout, les utiliser en charge dans les rues pour bouffer un maximum de paires de couilles si ces négros en ont vraiment... Organisons des sections d'assaut": première réunion du Kop, le Pitt-Bull Kop, un peu plus de 1000 personnes ne sachant pas trop choisir comme  chien pour déchirer le voisin de pallier qui empuantit la cage d'escalier avec sa bouffe de merde, Yann Ber Tillenon, militant autonome pour le nationalisme breton, me lit du Ossian & du Novalis avec des effets de communiante."

    "Mon plus grand péché est d'avoir tué sans idéologie; j'aurais surement de quoi passer le temps ici, autrement, et je saurais déjà quoi faire en sortant. M'occuper, les petits papiers... tuer à nouveau mais différemment. Mais je te l'ai déjà dit, pas de liberté pour les amis de la liberté. Il faut au moins avoir vieilli juste à l'âge où on commence à vieillir dans ce trou-là, pour n'avoir plus qu'un mot pour espoir & angoisse... Ça ferait du temps
    mais je dors de plus en plus, et j'aurai bientôt rétabli tout seul la peine capitale."
     


     INDEX
     
    A.Rico 
    Abkhasie  
    Acrhafieh  
    Adolfo de Jesus  
    Agua Prierta 
    Aldrete Villareal  
    Ali Saleh Fouad 
    Ali Seinidin  
    Allemagne 
    Angleterre  
    Arabo-berbères  
    Argelès  
    Arizona  
    Ayoub Serge 1, 2 
    Azerbaïdjan(ais) 
    Belgique 1, 2 
    Berlin 
    Beydanes 
    Beyrouth 1, 2 
    Binic 
    Bokassa 
    Bourget 
    Brest 
    Brownsville 
    Brutal Combat 
    Bunker 
    Byzance 
    Campo de Mayo 
    Carpentras 
    Chateauroux 
    Chiites 1, 2 
    Chili 
    Cinghalais 
    Cithéa 
    Constanzo 1, 2 
    dakar 
    Diawara 1, 2 
     
    Dillinger 
    Diouf 
    Doundé Khoré 
    Druzes 
    Dublin(ois) 
    El Padrino 
    Eleu-dit-Leauwette 
    Europe 
    Faisceaux Nationalistes Européens 
    Fascisme 
    Flavier Andrew 
    Fleuve Nord 
    G.U.D. 
    Guadeloupe(ens) 
    Georgie 
    Giuliano Salvatore
    Golpe 
    Gordji Wahid  
    Gral Videla
     
    Grande-Bretagne 
    Hamran 
    Haratines 
    Henry Patrick 
    Hienghène 
    Hitler A 
    Holeindre Roger 
    Hooligans 
    Horbourg-Wihr 
    Ian Stuart Donaldson 1, 2 
    Indonésie(ns) 
    Islam 
    Istanbul 
    Jésus-Christ 
    Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires 
    Kampf 
    Ker vreizh 
    Kilroy Mark 
    Klan 1, 2 
    Kop
     
    Kosovo 
    latino-américain 
    Le Mauff Patrick 
    Lens 
    Lhorte Jean-Christophe 
    Liban 
    Liban(ais) 
    Lille 1, 2 
    Livry-Gargan 
    Londres 
    Luxembourg (Jardin du .) 
    Légion 88 
    Machoro Caroline 
    Mahomet 
    Maronites 
    Martelli (Villa) 
    Martiniqu(ais)
     
    Marx 
    Matamoros 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 
    Matushka Sylvestre 
    Maures 
    Mauritanie(ennes) 
    Mexicains 
    Mouhajer Mohamed 
    Moyen-Orient 
    Naars 
    National Front 
    National-Socialisme 1, 2, 3 
    Neuvy-sur-Barangeon 
    Nouakchott 
    Nouvelle-Calédonie 
    Novalis 
    Oberkampf (rue.) 
    Océanie(nnes) 
    Omar (mosquée d'.)
     
    Ossian 
    Ould Abdallahi Djibril 
    Ouvéa 
    P.S.G 
    Paris 1, 2 
    Pauletto 1, 2, 3 
    Pinochet 
    Rakis 
    Reims 
    Rio Grande 
    Rossi Didier 
    Roubaix 
    Rouen 
    Sables-d'Olonne 
    Saint-Louis (du fleuve nord) 
    Santa Helena (Hacienda) 
    Saoudie(ns) 
    Sara 
    Schmidt Michel 
    Serbie 
    Sharon Général 
    Sikhs 
    Skrewrider 
    Soninkés 
    St Thomas 
    Sturm Abteilung 
    Sunnites 1, 2 
    Sénégal 1, 2, 3 
    Tamoul 
    Taïwan 
    Texas 
    Tiendanite 
    Tjibaou 1, 2, 3 
    Totenkopf 1, 2 
    Touaregs 
    Tucson 
    Vacher Joseph 
    Valenciennes 
    Vietnam(iens) 
    Wermacht 
    Winterstein Jean 
    Yann Ber Tillenon 
    Yéiwéné Yéiwéné 
    Zarandifar Imam 
    Zinguinchor 
    Zyklon Army